Les Transmusicales de Rennes en data

Exploration en 5 visualisations de la programmation des Transmusicales de Rennes, de 1979 à 2015.

Photo de couverture : via Mémoire de Trans

À propos de ces données

Produit par l’Association Transmusicales, le dataset utilisé ici est la version xls disponible sur le site Rennes Opendata. Nous pouvons y retrouver l’ensemble de la programmation du festival, classée par année, artiste et spectacle, de 1979 (année de création) à 2015, date de l'édition la plus récente à l’heure de la rédaction de ce billet.

Évolution de la programmation des Transmusicales de Rennes

Évolution de la programmation des Transmusicales de Rennes

Lors de la première édition du festival, en 1979, 12 artistes étaient à l’affiche. En 2010, année de plus forte population, dix fois plus d’artistes (120) se trouvaient au programme. En 2015, date de la dernière édition, la programmation compte 85 noms. Sur les 36 ans (et 37 éditions) que couvre notre corpus, le festival programme en moyenne 66 artistes.

À propos : les chiffres présents ici intègrent également les Trans à l'Export, qui ont eu lieu en Norvège, en Chine, En Russie, à Brno, et d'autres — ce qui explique, par exemple, ces 120 groupes en 2010 : deux éditions à l'étranger se sont tenues cette même année.

Les artistes récurrents dans la programmation de Transmusicales

Artistes récurrents des Transmusicales de Rennes

Au total, 2455 concerts se sont tenus dans le cadre du festival, regroupant 2281 artistes différents. De fait, nous constatons des artistes récurrents au sein de la programmation — tout particulièrement Dj Morpheus, que nous retrouvons 16 fois à l’affiche. Cet artiste le plus programmé l’a été 2,3 fois plus que l’artiste de rang 2, Big Buddha (7 occurrences). Au total, 108 groupes sont venus 2 fois ou plus jouer au festival rennais.

Écart entre la première sortie discographique et le passage aux Transmusicales

Écart discographique entre la première sortie disco et le passage aux Trans

[Note : nous avons retiré les lignes vides de la colonne "Date de 1ere sortie discographique" du jeu de données pour ce calcul. Autrement dit, nous n’avons pas inclus les groupes dont la date de sortie du premier disque est inconnue]

Ce graphique affiche l’écart entre l’année de sortie du premier disque et l’année de passage aux Transmusicales. Nous obtenons des résultats négatifs lorsque l’année de première sortie discographique est postérieur à la date du concert au festival.

En moyennes, 2,9 années s’écoulent entre la date de sortie du premier disque et celle du passage aux Transmusicales de Rennes. Aux deux extrémités, nous trouvons :
4 groupes affichant un écart de 39 ans entre leur première sortie discographique et leur passage aux rencontres : Rodriguez, Rufus Harley, Dewey Balfa et Moondog.
De l'autre, Les Nains de jardin, présents en 1993 pour les 15es Rencontres, ayant sorti leur premier album en 2000 — soit 7 ans plus tard, et Chicco, présents lors de la 11e édition (1989), qui ont eux aussi sorti leur premier album 7 ans plus tard, en 1996.

Pays d’origine récurrents des groupes des Transmusicales

Les 10 pays d'origine les plus présents aux Transmusicales de Rennes

[Note : le dataset affiche parfois plusieurs pays d'origine. Nous avons choisi de ne classer que le pays d’origine numéro 1]

Au total, 113 nationalités différentes sont présentes dans le corpus des Transmusicales. Le pays le plus représenté, et de loin, est la France — pays dans lequel se tient le festival. Cette nationalité de rang 1 est 2,6 fois plus présente que la nationalité de rang 2, le Royaume-Uni, avec 420 occurrences. Viennent ensuite les États-Unis, avec 339 occurrences.

Ces trois nationalités sont les plus présentes dans la programmation — toutes les nationalités suivantes sont présentes 60 fois ou moins.

Concerts aux Transmusicales : les salles

Les salles de concert des tranmusicales de rennes

Dans cette visualisation, nous voyons que sur les 2455 concerts des rencontres rennaises, presque un quart se sont tenus dans la Salle de la Cité. Viennent ensuite l’Ubu, puis les Halls du Parc des Expositions. Cependant, les différents Halls et la GreenRoom se regroupant sur le même lieu, l'effectif combiné de ces lieux fait du Parc des Expositions la première salle de concert du festival. Dans ce corpus, 28 salles n’ont organisé qu’un seul concert.

À propos : la Salle Omnisports et le Liberté Bas sont la même salle à différents moments de leur histoire, tout comme le Liberté Haut et l'Etage. Le Parc Expo regroupe les Hall 3, 4, 5, 8 et 9, ainsi que la GreenRoom : soit 607 artistes avec la seule colonne "1ère Salle" — donc un peu plus au total. En comptant les différentes raves organisées sur ce site dans les années 90 (96 et 97), nous arrivons à 664 concerts. Avec ce calcul le Parc Expo devient de loin le lieu où le plus de concerts ont été programmés : ce qui est logique car il y a plusieurs scènes en simultanée, contrairement aux autres lieux.

 

Remerciements : les deux "À propos" de ce billet nous ont été apportés par Tanguy, de l'Association des Transmusicales. Nous tenons à le remercier pour les précisions fournies. Ces informations complémentaires nous montrent l'importance du contexte pour l'interprétation, ainsi que la limite d'un traitement automatique des jeux de données — par exemple, notre traitement indexe "Liberté Haut" et "L'Étage" comme deux salles distinctes, alors que dans les faits, il s'agit du même lieu.
Merci également à Anthony pour son aide.

Colin FAY

Rédigé par: Colin FAY

Créateur et rédacteur en chef de Data Bzh.

Une pensée sur “Les Transmusicales de Rennes en data”

Les commentaires sont fermés.